Je vous raconte Mon Accouchement ❤

PicsArt_03-11-12.10.27

 

Après vous avoir raconté notre désir d’enfant, ma grossesse, aujourd’hui je vous raconte l’aboutissement de tout cela : Mon accouchement.

Ma plus belle rencontre, le plus beau jour de ma vie, de notre vie.

Comme vous le savez déjà (si vous avez lu mon article sur ma grossesse) j’étais donc en menace d’accouchement prématuré depuis les 29SA. J’ai eu droit de retrouver une vie a peu près digne de ce nom à partir de 36SA.

A 36SA+2 nous avons enfin fait la séance photo grossesse que nous avions repoussé, logique! Nous l’avons faite dans un grand parc où j’ai beaucoup marché (enfin beaucoup par rapport au trajet canapé-toilettes/Toilettes-douche/douche-canapé), monté des escaliers, etc. Le soir même, mes copines contractions ont refait surface +++ (+++ ça, c’est bien un truc d’infirmière… bref! Ca veut dire beaucoup beaucoup quoi !). J’ai passé la soirée à contracter, j’ai pris spasfon et compagnie et elles ont finis par passer seules : fausse alerte ! La première d’une longue série !

Quelques jours plus tard, rebelotte ! Même processus : spasfon + douche et elles sont passées seules.

Puis le 1er décembre, je fais mon sapin de noël avec ma meilleure amie. J’ai l’impression de sentir couler quelque chose. Je pense directement à une fissure de la poche des eaux. L’homme étant au travaille, mon amie m’emmène aux urgences maternité. J’attend une bonne heure. Et là je recommence à contracter assez fort et douloureux. Dans ma tête je me dis que ca y est, c’est le moment. Je suis examinée par une sage femme qui me fait le test de la poche des eaux : négatif ! Bein merde… Elle me fait un monitoring où elle constate mes contractions assez fortes et rapprochées. J’étais dilatée à 1 cm. Dans ma tête, mon bébé serait là tout bientôt ! N’habitant qu’à 5 minutes de la maternité, la sage femme me propose de continuer ma mise en travail chez moi et de revenir dans quelques heures quand cela aurait bien avancé. Ok, je lui dis « à tout à l’heure! ». Nous rentrons chez nous avec mon mari, je reste au salon et chronomètre mes contractions. Elles commencent à s’espacer… LA BLAGUE ! Je reste comme ça jusqu’à 5h du matin où je finis par tomber de fatigue. Et sans contractions…

Trois jours passent où il ne se passe pas grand chose. Puis un soir, retour de mes copines contractions. Toujours fortes, douloureuses et rapprochées. Je retourne aux urgences maternité. On me fait un monito, toucher vaginal, je suis dilatée à 2 cm… Bon on avance doucement mais sûrement! Puis les contractions se respacent a nouveau. Quelle bande de c******** celles là ! La sage femme me dit « bon allé votre bébé sera là avant ce week end, c’est sur! » C’est pas bien de donner des espoirs comme ça à une femme enceinte au bout du rouleau ! (Ca c’etait le mercredi je crois).

Le samedi arrive, pas de bébé en vue. Pas spécialement de contractions. Je commence à désesperer !

Le lundi ma maman arrive de Paris, je voulais absolument que bébé soit là ou arrive pendant son séjour vers nous puisqu’elle ne vient qu’une fois par mois. J’avais envie qu’elle voit son petit fils dès ses premiers jours de vie.
L’après midi nous faisons un peu de voiture dans laquelle je suis fortement secouée. Et là, mesdames les contractions ont fait leur retour fracassant ! Je rentre chez moi rapidement, je ne tiens pas en place, elles n’ont jamais été si intenses. J’ai l’impression de sentir mon bébé descendre. Cette fois, j’y crois, c’est la bonne ! Retour aux urgences maternité. Monito, toucher vaginal : je suis dilatée à 2 cm larges… Ok donc j’ai dilaté d’un cm et demi en 2 semaines… Ca va bien se passer ! Et puis comme d’habitude, les contractions s’estompent une fois à la maternité… Nouvelle fausse alerte. Ras le bol ! Je suis fatiguée, épuisée par ces douleurs. J’ai mes jambes, mes mains pleines d’oedème, je peine a me déplacer, et au moindre effort, mon ventre durcit et me tire dans le dos… Je pense à l’acupuncture. Je me renseigne et décide de prendre rendez vous dès le lendemain.

Le lendemain, je me lève et perd un peu de sang, j’appelle la maternité qui me dit de venir contrôler, au cas où.

13h, j’y suis. Monito-toucher vaginal. Pas de fissure de la poche des eaux, toujours au même stade de dilatation et toujours quelques contractions par ci par là. Sauf qu’au monito bébé fait un gros ralentissement cardiaque. Il commence à en avoir aussi ras le bol de ces contractions ! Ils décident de me garder pour contrôler tout ça de plus près. Ils me font une échographie qui montre une légère souffrance foetale.

Chance pour moi, l’interne de garde ce jour là est une ancienne collègue avec qui je m’entend très bien. Je la supplie de faire quelque chose, de faire sortir mon bébé, je n’en peux plus et j’ai peur pour lui. Elle discute de mon dossier avec sa chef et revient en me proposant un déclenchement. Elle me fait un décollement des membranes qui me fait horriblement mal. Heureusement cela ne dure que quelques secondes. Et puis là, arrivent des contractions puissance 1000. Je me tiens là où je peux pour ne pas tomber de douleur. On me monte dans le service. Je pleure de douleur, c’est affreux, je suis bel et bien en travail cette fois ci. Je passe 1h sous la douche chaude pour tenter de me soulager. À minuit je demande un contrôle niveau dilatation : toujours à 2 larges… Toute cette souffrance pour zéro évolution ?! Je commence à saturer ! La nuit se passe ainsi bercée entre ballon, contractions et espoir.

Le lendemain, on vient me chercher à 9h et on me dit que je descend en salle de naissance, on va m’aider avec une perfusion. Ouf !
La sage femme de la salle de naissance me propose 2 options : Soit on pose la perfusion, on laisse agir (et donc souffir) et on pose la péridurale ensuite, soit on pose la péridurale de suite vu que mon col est déjà mature et la suite est super relax… Je vous laisse imaginer mon choix ? POSEZ MOI CETTE P***** DE PERIDURALE !

A 11h on me pose enfin cette fameuse péridurale. Je fais un petit malaise par la suite, grosse baisse de tension, mais rien de grave, on parvient rapidement à stabiliser la situation. Je n’ai enfin plus de douleurs, c’est magique ! Je revis, je respire, je ris à nouveau avec mon mari !
A 12h, on me rompt la poche des eaux. Je suis dilatée à 3cm. Enfin ça avance ! Je n’arrive pas à croire que dans quelques heures mon bébé sera là ! C’est tellement irréel, j’ai tellement attendu, rêvé, appréhendé ce moment.
A 15h, je suis dilatée à 5cm.
A 16h, je suis dilatée à 7 cm.
A 17h, je suis dilatée à complète ! Wouhou ça se précise ! On me dit de pousser doucement pour aider bébe à descendre dans mon bassin. J’ai l’impression qu’il va sortir à chaque poussée. C’est une sensation vraiment étrange !
A 18h, bébé est enfin bien positionné, on s’installe ! Mon coeur bat la chamade, je n’arrive pas à croire que ça y est c’est l’heure de ma plus belle rencontre. J’ai hâte mais j’ai si peur de pousser. J’ai peur de souffrir, j’ai peur qu’il n’aille pas bien. Je tremble comme une feuille à ce moment là mais je ne me dégonfle pas (enfin si j’ai dégonflé quelques minutes plus tard ! 😂) et je commence à pousser de toutes mes forces. Mon mari est à coté de moi, il n’en mène pas large !
Une poussée, on voit déjà ses petits cheveux bruns.
Une deuxième poussée, puis trois sa tête est là. Une dernière pour les épaules.
Et là, à 18h15, on me pose ce petit être tout chaud sur mon ventre. Il pleure, il est bien rose, il va bien ! Je le sers contre moi et m’éffondre comme une madeleine « mon bébé, mon bébé tu es enfin là!« . Mon mari a les yeux rouges aussi ! Quel moment magique… Toutes ces semaines de galère enfin recompensées par ce magnifique petit bébé qui ressemble trait pour trait à la façon dont je l’avais imaginé, c’est fou! Nous savourons cet instant, les premières photos, les premiers instants de tendresse, la première tètée.

Je m’en sors avec quelques points de suture (qui m’ont d’ailleurs fait souffrir) mais je m’en fou, mon bébé est là !

Ma maman et ma meilleure amie nous attendent dans notre chambre. Voir ma maman devenir mamie, un magnifique moment aussi… Elle est fière, et moi aussi !

J’ai réussi, je suis enfin maman. Ce moment que j’ai tant désiré. Fonder ma famille, mon plus beau rêve, mon plus bel accomplissement.
Ce petit Ange nous comble de bonheur depuis 15 mois. Cela fait tellement de bien de se remémorer ce moment fabuleux, inoubliable, inexpliquable.

Publicités